On dirait le Sud… C’était pourtant bien…

 

Voili voilou, nous voilà à la fin de notre périple à Montpellier! Nous y sommes arrivés lundi passé, vers 20h30, après un train pris directement à Paris. Dans ledit train, par un heureux hasard, nous nous retrouvons voisins avec la soeur de Margot, la copine de Ren, que nous allons rejoindre à Montpellier. Ce sera donc Pauline (le plus beau prénom pour une soeur n’est ce pas? ) qui nous mènera à bon port:-) Nos amis Ren et Margot nous attendent avec leur grand sourire et le soleil du sud et les petits belges que nous sommes transpirons déjà sous la chaleur à laquelle nous ne sommes plus habitués depuis longteeeeeemps!

Le lendemain, nous irons visiter le charmant village de St Guilhem-le-désert, réputé pour être un des plus beaux de France (http://www.saint-guilhem-le-desert.com/). C’est probablement vrai, bien que nous n’ayons pas fait tous les villages de France pour nous en assurer! En tout cas, l’endroit grouille de touristes et les ruelles y sont charmantes, il y a même un sentier de randonnée qui passe un peu plus sur les hauteurs mais nous étions chaussés de tongs, nous n’avons donc pas insisté sur la promenade. Le reste de l’après-midi, nous irons nous poser le long de l’eau mais les touristes affluant VRAIMENT par gros paquets, nous avons fui vers la fin de l’après-midi. Hé oui partir en voyage en été a ses avantages mais le gros inconvénient c’est que plusieurs centaines de personnes ont exactement la même idée que vous!

Photos: https://picasaweb.google.com/104353200267102218474/SaintGuilhemLeDesert

Le lendemain, mercredi donc, nous entreprenons de nous hisser au sommet du Pic St-loup, qui est LA montagne des Montpelliérains. Après une soirée bien arrosée, nous voilà donc sous trente degrés à l’ombre en train d’escalader cette sacrée montagne.

www.picsaintloup.com

C’est peut-être pas très haut mais la vue vaut le détour et ça grimpe quand même hein!!! Nous avons sué autant d’alcool que de transpiration:-) Arrivés en haut, nous profitons de la vue tout en cherchant les « boissons fraîches » annoncé par un panneau tout en bas. Damned, il s’avère que les boissons sont fournies le matin et début d’après-midi par des pompiers bénévoles qui attendent les grimpeurs en haut… Nous y étions vers 16h30, trop tard donc… heureusement que nous avions de l’eau, pas comme certains randonneurs qui sont montés avec l’assurance d’une récompense au sommet… Raté!!

Photos: https://picasaweb.google.com/104353200267102218474/PicSaintLoup

Ce sommet nous motive pour LA randonnée de notre séjour, le fameux Mont Aigoual, que nous décidons de grimper le vendredi. Toutes ces balades sportives nous sont conseillés par nos deux amis Ren et Margot, eux-même de très bons marcheurs et qui connaissent évidemment la région pour l’avoir déjà bien arpenté! Savoir que nos amis sont passés par là avant nous nous motive pour arriver à nos fins!

Mais avant le fameux vendredi, arrive le jeudi (logique implacable n’est-il pas?) et ce sera une journée sous le signe de l’eau. Non pas de la pluie (la pluie? Quelle pluie?? C’est quoi la pluie dans le sud??) mais parce que nous irons Bru et moi le matin nous dorer et nager à la plage. L’après-midi, Ren et Margot finissent le boulot plus tôt, nous filons fin d’après-midi dans un coin peu connu le long de l’Hérault. Nous y resterons jusque minuit, à faire un feu, nager, manger, papoter bref une belle soirée sous le signe de l’Amitié!

 

Le lendemain, hop réveil tôt! Nous partons pour le Mont Aigoual   http://fr.wikipedia.org/wiki/Mont_Aigoual à sept heures trente du matin. Nous y arriverons vers neuf heures, à neuf vingt-cinq précises, c’est parti pour le sentier des 4000 marches! Ren et Margot nous avaient prévenus, c’est minimum 8h de marche et ça grimpe sec! De plus, nous prévoyons de redescendre par un sentier de GR afin de pouvoir profiter d’une autre vue pour l’après-midi. Nous mettrons presque neuf heures en tout. Vous décrire l’état qui nous anime durant une randonnée de ce type n’est pas facile. Personnellement, c’est mon record d’altitude et de montée en montagne. Quasiment sans entraînement, nous avons persévéré durant des heures pour atteindre le sommet. Les pas se font lentement, mais sûrement, la certitude d’y arriver étant le leitmotiv principal. Je pensais à plein de choses pour combler mon esprit et dominer mes jambes douloureuses notamment à la phrase de ma coucou Delphine « la tête est plus forte que les jambes!!!  » c’est tout à fait exact! Mais quand on atteint le sommet et qu’on se plonge dans la vue qui nous entoure, alors tu sais pourquoi tu as fait ça, non seulement pour ton challenge personnel (je vais y arriver, j’y arriverai!!! ) mais aussi pour jouir d’une vue absolument splendide sur les Cévennes et ses alentours! Marcher le long des nationales n’a pas beaucoup d’intérêt pour nous mais marcher en montagne, c’est LA drogue qui commence à m’animer! Bruno grimpait plus vite que moi, il a eu la gentillesse de ralentir  pour m’attendre, notre équipe se soude au fur et à mesure de nos avancées! Je vous souhaite un amoureux comme lui!

 

La descente était très plaisante, bien que les pentes abruptes soient parfois aussi difficiles que la montée! Mais nous avions réussi, nous étions heureux et fiers et notre pas s’en ressentait. Cependant, lorsque la neuvième heure s’avança, je craquais, ma fatigue m’est tombée dessus comme une grosse chappe de plomb et là commence l’expérimentation de la marche à la limite de l’épuisement. Je me suis tordu les chevilles trois-quatre fois tellement je voulais aller vite pour arriver et c’est de nouveau Bruno qui m’encourage, à me calmer, à aller moins vite, nous allions arriver, calme toi Elo, tu vas vraiment te faire mal!  La dernière demi-heure, je ne parlais plus, je ne pensais plus, à ce stade juste un pas devant l’autre concentre toute l’énergie restante. Mais nous sommes arrivés et une fois dans la voiture, les étirements faits, je retrouvais ma bonne humeur et ma fierté de cet exploit accompli. Je sais que pour des marcheurs aguerris, cela peut sembler peu (nous avons croisé des sportifs qui grimpaient comme des cabris, une bête promenade matinale pour eux! Et de la frustration pour moi:-)) ) mais pour des amateurs comme nous, c’est une belle performance! Nous comptons bien grimper encore, aller plus haut, plus loin mais nous n’oublierons pas ce premier gros pas sur notre ascension des montagnes! Je peux également vous préciser que je suis une compagne idéale pour la marche, les moustiques et autres sales bestioles ne s’attaquant qu’à mes jambes et mon sang et laissant Bruno vierge de toutes piqûres… Grr…aaaaaaaaat!!

Photos: https://picasaweb.google.com/104353200267102218474/MontAigual

Le week-end arrivant et pour nous reposer de cette grimpette dans les sommets, nous avons été camper au bord de la rivière l’Hérault avec Renaud, Margot étant en visite chez ses parents. A nouveau, feu, barbecue, trempette et papote jusque tard tard dans la nuit et sous un ciel absolument fabuleux, nous avons même pu observer la voie lactée et j’ai vu filer une étoile… Nous avons dormi sous la tente (et Renaud dans son hamac, bercé par le vent) et nous sommes réveillés le lendemain à nouveau sous le soleil! Le dimanche nous avons glandouillé en toute impunité quelle bonheur que le sud on ne se lasse jamais d’être dehors!

Photos: https://picasaweb.google.com/104353200267102218474/WeekEndLeLongDeLHerEau

 

Arrive le lundi, Bruno et moi irons faire une petite grimpette au Cirque de Mourèze. Non, nous n’avons pas joué les lions apprivoisés, ni dansé sur une corde raide, le Cirque de Mourèze est un magnifique site de pierres dolomites et le plus grand d’Europe. Nous nous sommes baladés sur le sentier réputé le plus « difficile » car il grimpe en pente assez raide jusqu’aux crêtes et redescend assez abruptement également. Mais après le Mont Aigoual, même pas peur! Cette balade nous occupe trois bonnes heures, nous irons ensuite nous étendre le long du lac Salagou et y faire trempette. Comme paysage, les planches à voile file sous l’air du vent qui souffle en abondance depuis quelques jours. Mistral gagnant…

Photos: https://picasaweb.google.com/104353200267102218474/CirqueDeMoureze

 

Hier, nous avons fait repos, Bru n’étant plus en grande forme, probablement du au piment dont il a copieusement arrosé sa pizza le dimanche après-midi, il souffrait assez que pour avoir du mal à marcher donc hier, nous avons fait quelques courses dans Montpellier c’est-à-dire une carte d’Italie et des piles rechargeables (parce que bien sûr on vient de se rendre compte que la moitié de celles qu’on a emporté ne le sont pas… rechargeables! ) Nous avons discuté des étapes d’Italie sous un soleil de plomb en buvant des pintes de blonde et puis nous sommes restés à l’appart bien plus rafraichissant que les rues de Montpellier. Le soir, petit resto avec nos deux amis à papoter tranquillement sous l’air devenu un peu plus respirable!

Et aujourd’hui c’est le départ! Nous sommes mercredi, nous prenons le bus jusqu’à Vérone à 23h30, arrivée jeudi à 13h30 plus ou moins! Nous avons donc été faire une dernière balade le long de la mer et nous étendre quelques heures en profitant une fois de plus de l’eau et du soleil. Ce soir, dernier repas avec Ren et Margot, des amis viennent s’ajouter et Renaud nous a concocté des carbonnades flamandes que nous accompagnons d’un stoemp.  Les gars, même partis de Belgique, nous restons nostalgiques!:-) Nous allons descendre la table dans la rue et profiter de la soirée avant de repartir, le sac sur l’épaule, la tête dans les étoiles et le coeur plein de bonheur…

A bientôt pour la suite! Tina et Lucas nous attendent en Italie, encore un tour d’Amitié avant de nous retrouver seuls pour la suite! Des bisous, nous vous aimons les loulous!

Publicités
Catégories : France | 4 Commentaires

Navigation des articles

4 réflexions sur “On dirait le Sud… C’était pourtant bien…

  1. Maman

    On s’y croirait! Et on en a bien besoin… Mer, montagne, soleil, étoiles, amour, amitié… Quel cocktail merveilleux! Je suis sûre que l’Italie vous en réserve d’aussi beaux, d’aussi bons!
    (sans les mosquitos, hein Elodie!!!!)

  2. Claudine Saillez

    Comme dit Catherine, on a l’impression d’être avec vous. Il ne faut pas grand chose pour sentir l’odeur de la terre ensoleillée et surchauffée, entendre les insectes. Tiens ils ne piquent plus Bruno ?! Pourtant quand il était gamin c’est lui qui les attirait tous.
    Et puis que de chaleur humaine se dégage de ce récit.
    L’Italie devrait vous réserver de nouvelles sensations (Bruno fais gaffe à l’huile piquante sur les pizzas) encore plus colorées et j’espère toujours aussi agréables.

  3. SeB

    Moi maintenant, je lance une musique de film d’aventure et autres road movies pour lire Elo…

    Je pense bien à vous. En Gaume on dirait  » qué bonheur » traduction : quel bonheur!

    ps : Cherche pas Bruno, les meilleurs pizzas du monde c’est pas en Italie que tu les trouveras mais chez moi, toi-même tu sais. 🙂

    « L’humanité se divise en trois catégories : ceux qui ne peuvent pas bouger, ceux qui peuvent bouger, et ceux qui bougent. » Benjamin Franklin

  4. Emilien

    coucou les globe trotters!!!!
    Mais vous etes ou??? je vois plus de news depuis fin juillet… bonne continuation tte

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :