Ca grimpe, ça se mérite le pays des collines!

 

IMG_2262

 

Nous voici donc bouclant la boucle du pays des collines, en terminant par le coin Ellezelles-Frasnes-Ellezelles.

Cette randonnée, de 25 km, nous avons du la faire deux fois. Petite anecdote qui servira de leçons à ceux qui, comme nous, se baladent parfois trop le nez en l’air et pas assez le nez sur la carte. Nous avions fait notre premier essai en compagnie de notre ami bien aimé Nico (oui oui je te cite, tu es fichu comme nous 😉 ) il y a de cela deux petites semaines. Tous les trois amoureux de la marche, nous voilà gaillardement partis en papotant, en papotant, en blaguant, en papotant et… voilà t’y pas qu’en fait nous loupons un tournant. LE tournant. Mais ni Nico, ni Brubru, ni Elo (qui tenait la carte) ne s’en rendent compte et continuent à marcher, marcher, marcher, durant quelques heures bien sonnées. Le problème voyez-vous, c’est que lorsque le livre vous dit « Arrivé au machin, vous observerez une vue panoramique sur truc, entre deux collines et trois lapins »  et bien cela peut s’appliquer à à peu près partout. Bin oui, c’est le pays des collines et donc on est entouré… de collines. CQFD. Ou pas. Parce qu’au bout de trois bonnes heures, mon instinct que je qualifie de divinatoire à mes heures se met à tirer la sonnette d’alarme.

Elodie: « Je pense qu’il y a un prob là quand même hein, ça fait au moins une heure qu’on aurait du trouver un bois. Et là, on est au dessus d’une autoroute! »

Bruno: « Ah. Bon, passe moi la carte, on va voir où se situe l’autoroute ».

Moment d’intense réflexion où Nico en profite pour observer le flux incessant des voitures en se remémorant une petite blague. Je ne résiste pas à vous la livrer:

Deux blondes se disputent au dessus d’un pont:

« C’est l’Escaut je te dis en dessous!! » vocifère l’une

 » Tu n’y connais rien, c’est la Meuse! » rétorque l’autre

 » Je reconnais un cours d’eau à sa température et ses poissons, je plonge et tu verras c’est l’Escaut! » sur ce la Blonde numéro 1 effectue un triple saut avant de disparaître. Pour réapparaître couvertes de bleus et les vêtements en lambeaux.

 » Alors, c’est la Meuse ou l’Escaut? » demande Blonde numéro 2

 » Aucun des deux, c’est l’E429… »

Amis des blagues sur les blondes bonsoir! 🙂

 

Petite parenthèse refermée, Bruno regarde la carte, relève le nez et rend le verdict d’un ton dépité:

« Heu l’autoroute n’est même pas sur la carte…  »

Ah. Bien bien bien. On s’est donc planté, on rebrousse chemin parmi les champs au parfum si printanier (pour rester poétique), les collines et les arbres en fleurs. On cherche notre erreur et on va finir par se rendre compte qu’on a effectué uniquement 4,5 km de correct sur l’ensemble de la randonnée et que nous avons finalement fait un « léger » détour de 18km environ sur l’ensemble de notre marche. Ce qui nous vaut beaucoup de fous rires jusqu’à la voiture avec Nico qui se fiche de nous « Ouais c’est ça, en fait vous n’êtes jamais partis en voyage avec un tel sens de l’orientation vous êtes restés planqués en Belgique sans le savoir pendant un an!  » 😀 Comment me justifier? J’avoue je suis la blonde de l’histoire!

Bref, essai numéro un, raté. Mais on ne s’avoue pas vaincu (un peu de fierté que diable!) et on remet ça une semaine après, à deux. Cette fois ci, c’est tous les kilomètres qu’on vérifie notre trajet et ouf, c’est bon on a récupéré un peu de bon sens. Nous voici donc vagabondant de champs en champs, avec un vent qui nous contre au lieu de nous aider, des gros nuages au dessus de nos têtes mais comme toujours, on est rempli de bonne humeur et les yeux ouverts sur ce qui nous entoure. C’est en prenant le temps de marcher, et non pas de foncer pour remplir une performance, que l’on remarque les différentes variétés d’arbres, de fleurs, même d’insectes qui ont élu domicile dans notre beau pays. Ca grimpe correctement, ça redescend et ça repart, ce qui nous offre des panoramas toujours très sympas. Nous passons par de petits hameaux, aux fermes toujours nombreuses à la faune abondante: chiens, biquettes, poules, chevaux et vaches sont nos amis de la route et on ne s’en plaint pas. Nous contournons un château, le « Mylord », hommage à un vice gouverneur des Indes des temps passés, tombé amoureux d’une belle Ellezelloise et qui fit bâtir le château en son honneur.  Le « clou » de cette marche au grand air, c’est le sentier de l’étrange, bien connus des habitants de la région. Ci-dessous le passage sur ses origines:

 » Le Pays des Collines est aussi connu pour son folklore. Les diables, les nutons, les loups, les sorcières rôdent et enflamment l’imaginaire. Un artiste de génie, du pseudonyme de Watkyne, est à l’origine de cet engouement. L’histoire elle-même lui avait fourni les ingrédients de base de ce folklore revisité. En effet, la chasse aux sorcières de la fin du 16ème siècle ayant abouti à l’exécution de l’une d’entre elles, Quintine de la Glisserie, l’artiste voulut en réhabiliter la mémoire. Depuis 1992, sur cette butte naturelle, se déroule, chaque dernier samedi de juin, le sabbat des sorcières. Dans un spectacle fort en sons et lumières, les sorcières sont au rendez-vous. Elles exécutent leurs danses infernales, racontent leurs méfaits sur les instructions de Lucifer »

p22 « Randonnées en boucle de la province de Hainaut ».

Certains trouveront ça certainement niais, voire par trop enfantin (ainsi que je l’ai déjà noté dans un texte précédent sur la région). N’empêche que toutes ces oeuvres qui jonchent le chemin, de sorcières en loup garou, c’est plutôt sympathique et donne un cachet unique à l’endroit. Certaines maisons jouent le jeu et les sorcières ont élu domicile sur les sonnettes, dans les arbres, le long de fenêtre poussiéreuse… Celui qui un jour a dit de ne jamais perdre son âme d’enfant trouvera sa philosophie à l’oeuvre sur ce sentier et nous, ça nous correspond très bien! Je m’en vais d’ailleurs serrer la pince d’une vilaine crochue, devant un panorama qu’elle garde jalousement de ses sorts de magie noire. La pluie se met d’ailleurs à tomber mais qu’à cela ne tienne, cela décuple les odeurs des sous bois, et d’ailleurs nous arrivons à la fin de notre journée… Comme précédemment, nous irons nous réfugier chez ma grand-mère, à papoter autour d’un apéro bien mérité!

Pays des collines, tu nous as ensorcelés! Nous reviendrons à notre tour te hanter!

IMG_2301

Les photos 

Publicités
Catégories : Belgique | 2 Commentaires

Navigation des articles

2 réflexions sur “Ca grimpe, ça se mérite le pays des collines!

  1. D’une sorcière à l’autre, je crois que ma préférée s’appelle Elodie. Elle et son compère Bruno continuent à nous faire découvrir les multiples sentiers pas si battus que cela. Et au détour de quelques-uns d’entre eux de belles découvertes, un papillon, un renard, ou un château vu sous un angle peu connu. Continuez à nous faire parcourir ainsi les chemins de nos contrées.

  2. Oups…les photos de Beloeil se sont glissées prématurément…J’ai remplacé le lien par les photos de sorcières! (Bruno)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :